Accéder au contenu principal

Demain tout ira mieux, tu verras…

Ce qui est assez bien vu, dans le film D'amour et d'eau fraîche, c'est la situation dans laquelle se trouve une personne qui finit ses études, et qui expérimente les aléas de la vie active (par opposition à la vie passive qu'elle avait passée jusque là, bien entendu). Je suis à la fois très bien placé pour en parler, et m'en rendre compte, et paradoxalement trop bien lotis, sans doute, pour quelqu'un du même âge, puisque travailler à l'Atelier BNP Paribas offre une vie réellement agréable. 


Mais tout de même. J'ai peur d'oublier. C'est si facile d'oublier. Tous ces instants d'incertitude, de doutes, ce sentiment d'errance perpétuelle. Faire cinq ou six ans d'études pour se poser les mêmes questions, en fin de compte : où est-ce que j'en suis ? Qu'est-ce que j'ai envie de faire, fondamentalement ? Les choix que je fais sont-ils les bons ?…

Et cette impression de devoir faire ses preuves, sans cesse. Comme un déficit généralisé de confiance dans une société qui anticipe souvent le pire. C'est sans doute le prix à payer dans un monde qui se croit en crise perpétuelle. Depuis ma naissance, je ne compte plus le nombre de discours pessimistes, déclinistes, anxiogènes. Si je prends au hasard n'importe quel sujet politique, n'importe quel thème sociétal - l'école, la santé, la justice, le travail, la recherche, l'industrie, la sécurité, que sais-je encore ? - je ne peux que constater un état de crise permanent, au moins proclamé. 

A force, il devient pesant d'entendre que "le niveau baisse", que "les caisses sont vides", que "l'on ne peut accueillir toute la misère du monde", et toutes ces autres phrases déprimantes. Surtout lorsque l'on a vingt quatre ans, que l'on a envie de construire, de développer des projets innovants, et que l'on voit aussi tout ce qui a déjà fait progresser l'humanité. 

Le pessimisme de la raison. L'optimisme de l'action. 

Pendant ce temps, le mois d'août à Paris se termine doucement. Je commence à découvrir pleinement Twitter (@basiloo), et c'est assez plaisant. Les sujets ne pleuvent pas, à l'Atelier, mais il y a quand même de quoi écrire des articles intéressants, et mener des interviews avec des chercheurs et des consultants marketing. Tout se passe bien, et je peux faire abstraction des incertitudes qui préexistent. 

Commentaires

  1. ahah, good for you !

    En ce qui me concerne, les inquiétudes ne pré-existent pas.. je suis en plein dedans. Et c'est un mélange étrange entre angoisse, espoir et sentiment de se connaître chaque jour un peu mieux.

    Signé: TuSaisQui

    RépondreSupprimer
  2. D'Amour et d'eau fraîche est d'une justesse déconcertante sur toutes ces incertitudes du début de l'âge adulte que nous vivons (plus ou moins;). Et Anaïs Dumoustier est une actrice brillante, fidèle au cinéma d'art et d'essai français, applaudie par les Cahiers du Cinéma: ne la perdons pas de vue!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…