Accéder au contenu principal

Comment ça marche ?

Lorsque je travaillais à L'Atelier BNP Paribas, ma mission principale consistait à éplucher des études du MIT ou d'autres universités prestigieuses dans le domaine des nouvelles technologies. Il y avait aussi des communiqués de presse, proposés par des entreprises innovantes. À chaque fois, je devais en tirer la substantifique moelle, pour publier un article (comme celui-ci, ou celui-là, par exemple). La plupart du temps, il fallait aussi interviewer l'auteur de l'étude - chercheurs, consultants, inventeurs… - ou le responsable de ladite entreprise, afin d'avoir des explications complémentaires.

Comprendre en profondeur

Ma responsable insistait toujours sur un point : il fallait comprendre "comment ça fonctionnait". L'invention, l'innovation, le système, aussi disruptifs qu'ils pouvaient être, n'étaient intéressants qu'à partir du moment où l'on en comprenait les tenants et les aboutissants, d'une part, mais aussi et surtout les rouages intérieurs. 

Combien de fois ai-je dû retravailler mon papier, car j'étais resté trop "en surface", justement. J'ai énormément appris lors de cette expérience - et je n'ai plus jamais lu les journaux de la même façon ensuite. Mais cela m'amène à la réflexion suivante, aujourd'hui : suis-je capable, réellement, de comprendre comment fonctionnent "techniquement" la plupart des objets innovants que j'utilise au quotidien ?

La réponse est non, bien évidemment. J'aime énormément mon iPhone, et tout ce qu'il m'offre comme applications diverses, mais si je devais le reconstruire - à la manière d'un enfant, avec ses lego - j'en serais bien incapable. Apple le sait, et le revendique même.


À propos des enfants, et de leurs petites constructions, je note que les "surprises" que l'on trouve dans  les Kinder Surprise sont aujourd'hui d'une simplicité aberrante. Quand j'étais enfant, il fallait du temps pour assembler les petites pièces, reconstituer son personnage. Désormais, il suffit d'emboiter la tête au reste du corps.

La magie technologique

Certes, c'est probablement pour des raisons éloignées de notre sujet. Les autorités sanitaires considèrent probablement que de trop petits éléments risqueraient de causer des étouffements chez les jeunes enfants. Il n'empêche, nous vivons - et c'est le cœur de mon propos - dans un monde où "savoir comment ça fonctionne ou comment ça se construit" importe relativement peu, côté grand public.


Et je trouve que ça doit nous interpeler, collectivement. Car lorsque le monde sera entièrement envahi d'objets connectés de toutes sortes, je ne sais pas comment j'expliquerai à mes enfants "comment ça marche". 

Je serai obligé de les bullshiter en feignant de ne pas comprendre la question, en parlant d'Internet, du fait que tout est connecté, que c'est bien pratique, etc. Ou peut-être que mes enfants finiront par ne plus poser de question, et par accepter de vivre dans un monde "magique" ou les choses communiquent entre elles, tout bêtement, comme la théière de La Belle et la Bête

Moi-même, je ne suis pas sûr que j'ai été tout à fait convaincu par ce que mes parents ont répondu quand je leur ai demandé comment ça fonctionnait, exactement, l'électricité. D'ailleurs… je ne m'en souviens plus.

Avec un peu de chances, il y aura toujours Les P'tits Bateaux sur France Inter. "Bonjour, je m'appelle Timothée, j'ai quatre ans, et je voudrais savoir comment l'iWatch indique à distance à mon pédiatre la fréquence de mon rythme cardiaque. Merci."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…