Accéder au contenu principal

Un corps nu attire toujours les vues

Ça fait le buzz. Quoi qu'on en dise, ça marche toujours. La recette semble intemporelle, inépuisable. Une femme, nue, en vidéo. Un prétexte bidon. Un titre accrocheur. Et vous dépassez le million de vues sur Youtube dans la semaine, quand ce n'est pas dans la journée. Le dernier exemple en date est pour le moins révélateur : "elle se balade cul nul dans la rue" a déjà attiré plus de 4 millions d'internautes.

La vidéo, faite - ô surprise ! - par des étudiants en publicité, est pourtant inintéressante au possible : une nana en culotte se promène dans les rues de Lille. Ses jambes sont peintes pour faire croire qu'elle a un pantalon. C'est nul, mais ça fonctionne. Allez savoir pourquoi.

Nu et non avenu

C'est assez paradoxal, quand on y pense. Alors que tout le monde peut, en trois secondes, accéder à des centaines de milliers de vidéos pornographiques, gratuitement ; alors qu'on est bombardé, dans notre quotidien, de publicités où la nudité équivoque s'imprime en permanence dans nos rétines ; alors que, en 2004 déjà, 80 % des garçons de 14 à 18 ans et 45 % des filles du même âge déclaraient avoir vu au moins une fois un film X au cours de l'année écoulée ; le "nu" conserve son pouvoir mystérieux.

Pourquoi l'anatomie passionne-t-elle autant, quand on peut voir ce que l'on veut en quelques clics ? Pourquoi demeure-t-on curieux, alors que rien n'est caché, véritablement ? Pourquoi les internautes continuent-ils de regarder ces vidéos, alors que tout est offert à celui qui cherche un minimum ?


Que les hommes (et les femmes) des années cinquante aient pu être tout émoustillés en se passant sous le manteau des photos érotiques, je peux le comprendre. Mais aujourd'hui… comment expliquer de tels phénomènes, alors que c'est si simple, si immédiat, si omniprésent ?

Obsédés, vous aussi vous cédez

Le pire, c'est que ça nous concerne tous. Vous, en premier lieu, mes chers lecteurs. Non, ne niez pas, je vois désormais clair dans votre jeu. Le jour où j'ai publié sur Twitter le message suivant, le trafic sur mon blog a explosé. Comme jamais auparavant. Une augmentation de près de 300 %. Peu de retweets, mais énormément de clics.


Mais je vous comprends, et je ne vous jette pas la pierre, Pierre.

Simplement, il faut se rendre à l'évidence : ça ne sert à rien de se creuser les méninges pour capter l'attention des internautes, à court terme tout du moins. Il suffit d'un titre accrocheur. D'une caméra. Et d'une exhibitionniste.

De la confiture à des cochons

Les publicitaires l'ont compris depuis longtemps. Des études démontrent l'influence de la nudité dans la captation de l'attention du consommateur. Et apparemment, en dépit du bon sens, ce phénomène n'est pas prêt de disparaître. 

Si vous venez de lire ceci, je vous demande néanmoins de faire un effort. Collectivement, nous pouvons améliorer un peu ce monde : la prochaine fois, ne cliquez pas sur le lien vers vidéo de la femme nue qui prend le métro à une heure de pointe. Ni sur le lien vers la photo de la star nue qui s'est retrouvée sur le net. Exigez autre chose. Refusez de consommer ces contenus de mauvaise qualité. Demandez un peu de confiture, de préférence. Même si vous êtes des cochons, dans le fond.

Commentaires

  1. Bien vu comme toujours Basile ! A bientôt pour un déj ? Charlotte (@Chlesage)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…