Dans mon lit le repos désiré

Tout aussitôt que je commence à prendre
Dans le mol lit le repos désiré,
Mon triste esprit, hors de moi retiré,
S'en va vers toi incontinent se rendre.

Lors m'est avis que dedans mon sein tendre
Je tiens le bien où j'ai tant aspiré,
Et pour lequel j'ai si haut soupiré
Que de sanglots ai souvent cuidé fendre

Ô doux sommeil, ô nuit à moi heureuse !
Plaisant repos, plein de tranquillité,
Continuez toutes les nuits mon songe ;

Et si jamais ma pauvre âme amoureuse
Ne doit avoir de bien en vérité,
Faites au moins qu'elle en ait en mensonge.

Louise Labé

Commentaires

  1. Avec Louise apprendre,
    Je l’aurais désiré :
    Tous les deux, retirés,
    Disant des choses tendres

    Ou faites pour surprendre ;
    Apprendre à soupirer,
    Apprendre à délirer,
    Apprendre à bien s’entendre.

    Eût-elle été heureuse
    Dans cette intimité
    Avec un tel élève ?

    Question vraiment oiseuse :
    Je ne puis la traiter
    Qu’au profond de mon rêve.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Les vagues

À dire vrai