Sérénade printanière


Hier comme aujourd'hui, ce soir comme demain,
Je t'adore !
Quand je vois ton regard, quand je frôle ta main,
C'est l'aurore !
Qui donc nous avait dit que le monde est méchant,
Que l'on souffre,
Que la vie est un pont qui tremble, se penchant
Sur un gouffre ?
Où donc sont les ennuis, les erreurs, les dangers,
Les désastres ?
Avril gazouille et rit dans les tendres vergers
Fleuris d'astres !
Le sombre hiver a fui ; le radieux printemps
Nous délivre.
Viens mêler à mes pleurs tes baisers haletants ;
Je veux vivre !
(…)
Et je ne vois plus rien que l'éclair de tes yeux
Pleins de fièvres…
Viens ! Je veux soupirer les suprêmes aveux
Sur tes lèvres !…

Augusta Holmès

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un sourire aperçu

Comme une évidence

Les Questions De Mes 20 Ans