Une petite tête blonde


Cette petite tête blonde, là, c'est moi. À la fin des années 80. Mon père se la coule douce, avec ses lunettes de soleil. Je sais qu'il veille sur moi. À cette époque, il travaille encore chez Apple. Nous sommes à la campagne, là où mes parents vivent désormais. Là d'où j'écris aujourd'hui.

Une enfance heureuse

Je regarde cette petite tête blonde. Comme j'ai confiance en la vie, déjà ! Petit Basilou, si tu savais… il y a encore tant de choses à venir. Tant de choses à faire. Tant de personnes que tu n'as pas encore rencontrées, dont tu ignores encore tout, et qui vivent pourtant de leur côté, et qui compteront tellement pour toi bientôt. Tant de changements, tant de choix à faire, tant d'aventures.

Continue de jouer dans ce bateau pneumatique, profite un peu de ce bonheur ordinaire. Dans quelques temps tu vivras tes premiers amours, et tu côtoieras l'univers, une nouvelle fois : “il suffit de trois petits bonds, c'est tout de suite la tarentelle. Laisse-moi tenir ton jupon, je saurai ménager tes dentelles”. Pour l'instant, tu n'es qu'un enfant, loin de ces préoccupations-là. Mais ça viendra vite.


Continue de rêver, petit bonhomme. Un jour tu auras du travail, du pain sur la planche, des responsabilités, tu paieras des impôts, tu épargneras pour ta retraite. 

À la vie, à la vie.

Tu suivras l'actualité. Ça t'énervera, souvent. Ça t'attristera, parfois. Tu découvriras les ennuis, les remords, les regrets, l'hypocrisie, le mensonge, la lâcheté ; profite-donc, Basilou ! Profite de l'insouciance, de la liberté, de l'amour de tes parents, de l'air pur, de la tranquillité… de la vie, en somme.

Cette vie que tu aimes, et que tu aimeras encore, je te le dis. Que tu aimeras toujours. Car ces instants-là, dans ce bateau, avec ton père, à la campagne, resteront gravés en toi à jamais. Comme tous les autres moments de bonheur qui viendront ensuite.

Voici ce que je me disais, tout à l'heure, en marchant près de l'étang où cette photo a été prise. Avant de l'écrire ici, pour m'en souvenir, toujours. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Les vagues