Les premiers jours du printemps

L’hiver a cessé. Tout revient, en quelques instants. On retrouve les arbres en fleurs ou en feuilles. Les matins sont plus doux, les journées sont plus longues. On se surprend à sortir en pull, le soir, pour prendre un verre. Les mines sont réjouies. Les terrasses sont pleines de monde. 

Les plus malheureux retrouvent espoir. Les plus aigris retrouvent le sourire. On change soudainement de décor. Chacun s’habille plus légèrement. On ouvre les fenêtres.

Ce que je perçois, d’autres le vivent également. D’autres l’ont vécu. 
Verlaine, par exemple.
Et l’avantage, avec Verlaine, c’est qu’il savait écrire : 
L’hiver a cessé : la lumière est tiède, et danse du sol au firmament clair. Il faut que le cœur le plus triste cède à l’immense joie éparse dans l’air. Même ce Paris maussade et malade semble faire accueil aux jeunes soleils, et comme pour une immense accolade, tend les mille bras de ses toits vermeils”. 



Ça y est, nous y sommes. Le renouveau, la renaissance. Profitons-en. 


Dans quelques jours, déjà, nous commencerons à nous plaindre. Il fera trop chaud, la clim’ sera cassée, les allergies assailliront certains, certaines (voir : le problème avec le printemps), le bruit des travaux dans la ville poussiéreuse nous amènera à fermer les fenêtres, le ciel bleu par-dessus les toits de Paris sera barré d’un horizon de pollution…


Les premiers jours de printemps sont comme la première gorgée de bière, les premières heures du week-end, les premiers flocons de neige, le premier sourire espéré, ce sont tout simplement les meilleurs.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement