Accéder au contenu principal

Le fil des écouteurs

Le progrès, aussi fulgurant et considérable soit-il, s'accompagne toujours de quelques résistances. Comme si le passé venait se rappeler aux bons souvenirs de ceux qui sont résolument tournés vers l'avenir.

Quelque fois, c'est dans un détail infime que se joue ce contre-mouvement.

Au fil du temps

Lorsque je suis dans les transports en commun, enfin assis, et que je m'apprête à écouter de la musique, je me fais souvent cette réflexion. L'envie d'écouter mélancoliquement ces mélodies connues, sauvegardées précieusement sur mon iPhone, s'accompagne d'abord du plaisir de vivre au XXIe siècle : un siècle où des centaines de chansons peuvent être contenues dans un téléphone que l'on emporte avec soi. Jamais nos ancêtres, même les plus imaginatifs, n'auraient pu concevoir une telle éventualité : tout un monde de musique accessible immédiatement, du bout des doigts.

Les voyageurs modernes sont chanceux.

D'autant que c'est à une époque où les trajets sont les plus confortables, les plus rapides, que l'on ajoute ce confort musical ; il y a là une grande injustice. Je suis certain que les hommes et les femmes du XVIIe siècle auraient aimé écouter un peu de Bach pendant leurs voyages chaotiques en diligence. Quite à être bringuebalé pendant des heures, dans la chaleur moite d'une cabine trop étroite, entassé avec d'autres passagers indélicats, autant que ce soit mélodieux.


Chaque fois que je suis dans les transports en commun, donc, je commence par mesurer la chance qui est la mienne. Encouragé par toutes ces pensées progressistes, et alors que je remercie silencieusement les ingénieurs informatiques inconnus qui m'ont offert par leur travail acharné le droit d'écouter ma playlist tranquillement, le temps de rentrer chez moi, je sors mon appareil de la poche de mon manteau. Et là, à chaque fois ou presque, se produit ce contre-temps dont je parlais précédemment…

Je suis confronté à un problème : celui du fil de mes écouteurs.

Du fil à retordre

Pendant de (trop) longues minutes, me voilà contraint de démêler ces écouteurs de malheur. Comprenez-moi bien : mon envie d'écouter de la musique est à cet instant à son summum, et cet exercice laborieux me paraît absurde. Je savourais le présent, en plaignant mes ancêtres mélomanes privés de musique, et je me retrouve dans une situation grotesque où je dois désemmêler ces fils avec une certaine dextérité.

La même dextérité que celle de ces aïeuls qui passaient leur soirée d'hiver à tricoter et détricoter des pelotes de laines (oui, j'ai une image quelque peu clichée du passé, je le reconnais).


Depuis l'invention du walk-man, autant dire depuis l'antiquité, on est amené à démêler les fils de ses écouteurs avant de jouir pleinement des morceaux que l'on aime. Ça pose quand même un vrai problème, non ?

Ça démontre en tout cas que certaines inventions emportent avec elles quelques stigmates.


Dans tout progrès, vous trouverez l'empreinte du passé.

Ce billet de blog aborde l'un des sujets les plus importants de notre époque, j'espère que vous vous en rendez bien compte.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…