Créativité et réactivité

J'aime bien ce moment, juste avant de commencer à écrire. Je n'ai pas encore fait le choix du sujet que j'ai envie d'aborder, je ne sais même pas quel ton je vais prendre. Tout reste à faire. J'ai simplement quelques idées
Ecrire, pour partager des choses, être entendu. Rejoindre le long cortège de personnes qui construisent depuis des siècles, qui créent, développent, conçoivent, bâtissent. Qui ouvrent le chemin, qui débroussaillent. 
Le faire sans se poser trop de question. 
“Le plus beau serait de penser dans une forme qu'on aurait inventée”. Paul Valéry 
Construire pour rendre réel. Pour faire exister. Parce qu'une page blanche est avant tout une promesse. Parce que tout est encore possible. Parce que tout est encore à venir.


Ecrire, aussi, pour participer à ce qui se passe en ce moment. Plus d'un tiers des personnes sur Terre sont désormais interconnectées. Il se trouve que j'en fais partie. Je peux - en écrivant quelques mots - m'adresser à quelques autres. C'est une opportunité qui m'est offerte.
En naissant à la fin du XIXe siècle plutôt qu'en 1986, il aurait été beaucoup plus difficile pour moi d'être lu par toutes les personnes qui me lisent.
Cela implique une certaine responsabilité. Je dois être créatif, autant que possible. Faire avancer la construction de l'édifice commun, tout en étant conscient bien évidemment que nombre de personnes ont déjà apporté leur pierre. 
“The secret to creativity is knowing how to hide your sources”. Albert Einstein
Les nouveaux médias sont souvent présentés comme ceux de la réactivité, de l'instantané, de l'immédiat. Mais les nouvelles technologies, plus généralement, sont avant tout des outils de créativité. 
Je suis heureux de vivre aujourd'hui, alors que tant de choses évoluent, que tant d'innovations voient le jour. Que tant de changements prennent forme. Comme le souligne si bien Serge Soudoplatoff dans cette courte conférence, donnée à l'ENS (merci Laure) : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement