J'invente, donc je suis.

“Inventer, doit ressembler beaucoup à reconnaître un air dans la chute monotone de gouttes d'eau, dans les battements du train et les coups d'une machine alternative…
Il faut, je crois, un objet, ou noyau, ou matière - vague et une disposition. 
Il y a une partie en l'homme qui ne se sent vivre qu'en créant : j'invente, donc je suis
La marche générale des inventions appartient à ce type général : une suite de déformations successives, presque continues, de la matière donnée, et un seuil - une perception brusque de l'avenir de l'un de ces états. 
Avenir, c'est-à-dire valeur utilisable, valeur significative, singularité”.

 Paul Valéry, Tel Quel

Voilà un beau texte, qui correspond bien à l'esprit de ce blog, puisqu'il s'agit à la fois d'invention et d'avenir. Seul problème, le retranscrivant, je n'invente rien. D'une certaine manière, c'est comme si j'ouvrais simplement la page d'un livre, et que je lisais celle-ci à voix haute. En espérant que quelques passants l'entendent, la comprennent à leur façon, l'interprètent et s'en souviennent. 
Tout auteur désire être lu mille fois par cent milles hommes, écrit également Paul Valéry. Je lui rends donc service, éventuellement. Mais cela me coûte bien moins d'efforts. Que dirait-il s'il me voyait, moi, cet inconnu, né presque jour pour jour 41 ans après sa mort ? S'il me voyait là, à reprendre ses mots, dans l'obscurité de ma chambre ? 
Un peu plus loin, dans le même livre, je suis tombé sur cette autre phrase, qui répond à ma question. 

“Là où je suis arrivé avec peine, à bout de souffle, un autre surgit, frais et plein de liberté, qui saisit l'idée, la détache de ma fatigue et de mes doutes, la regarde dans sa généralité, sa légèreté, jongle avec elle, s'en fait un instrument et une parure, ignore le mal et le sang qu'elle a coûté”. 

Pour me faire pardonner, je vais le lire encore un peu, ce soir, en tentant de me figurer le travail d'écriture et d'invention qu'a représenté cet ouvrage. Et en faisant le serment d'inventer à mon tour, moi-même, d'ici quelques temps, quelque chose. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement