Articles

Affichage des articles du juin, 2010

Comme un vendredi

Image
Je sais, nous ne sommes que mardi. Et ce titre peut paraître absurde. Mais j'ai le sentiment que c'est déjà la fin de la semaine, que je peux me reposer, me détendre, décompresser, profiter. La raison à cela ? J'ai soutenu mon mémoire. La toute dernière marche de mes études. La dernière porte à franchir. C'est fait. Et tout s'est bien passé.  J'avais un livre, dans mon enfance, qui racontait l'histoire d'une marmotte. Celle-ci contemplait avec envie la “porte du soleil”. Une ouverture dans la roche, au sommet de la montagne enneigée, ou le soleil resplendissait matin et soir. Elle observait chaque jour cette porte baignée de lumière. Et décida un matin de s'en approcher. Pendant des semaines, elle avança vers le sommet. Plus elle gravissait le mont, plus l'air refroidissait, plus ses pattes s'enfonçaient dans la neige, et plus les risques étaient grands - les aigles, le renard, la brise glacée… Et comme cette histoire finissait bien, contrair…

Perdre le midi quotidien

Image
Perdre le Midi quotidien ; traverser des cours, des arches, des ponts ; tenter les chemins bifurqués ; m'essouffler aux marches, aux rampes, aux escalades ; Éviter la stèle précise ; contourner les murs usuels ; trébucher ingénument parmi ces rochers factices ; sauter ce ravin ; m'attarder en ce jardin ; revenir parfois en arrière, Et par un lacis réversible égarer enfin le quadruple sens des Points du Ciel.
Tout cela, -- amis, parents, familiers et femmes, -- tout cela, pour tromper aussi vos chères poursuites ; pour oublier quel coin de l'horizon carré vous recèle, Quel sentier vous ramène, quelle amitié vous guide, quelles bontés menacent, quels transports vont éclater.
Mais, perçant la porte en forme de cercle parfait ; débouchant ailleurs : (au beau milieu du lac en forme de cercle parfait, cet abri fermé, circulaire, au beau milieu du lac, et de tout,) Tout confondre, de l'orient d'amour à l'occident héroïque, du midi face au Prince au nord trop amical, -- pour…

The last time

Aphone 4

Image
C'est étrange de ne plus pouvoir parler. Plus un mot. Hier, déjà, ma voix n'était plus tout à fait la même. Et ce matin, en me réveillant, j'ai senti tout de suite que j'allais passer la journée aphone. Ma soutenance de mémoire est prévue pour mardi prochain, heureusement ; à cinq jours près, ç'aurait été particulièrement intéressant. J'aurais soutenu en chuchotant.

C'est une journée “off” aujourd'hui. Je me suis donc levé, aphone. Julie est partie travailler. J'ai rangé un peu, ouvert les fenêtres, pour aérer la petite maison. Et j'ai décidé de sortir, afin de profiter du beau temps. Je me suis balladé dans le quartier latin, enfin baigné de soleil. Les passants, enfin heureux, marchaient moins vite qu'à l'accoutumée. Ils flânaient tranquillement. Je me suis arrêté dans une librairie, où j'ai acheté deux livres d'Arthur Schopenhauer : les deux problèmes fondamentaux de l'éthique et le Monde comme Volonté et comme Représentat…

J'invente, donc je suis.

Image
“Inventer, doit ressembler beaucoup à reconnaître un air dans la chute monotone de gouttes d'eau, dans les battements du train et les coups d'une machine alternative… Il faut, je crois, un objet, ou noyau, ou matière - vague et une disposition.  Il y a une partie en l'homme qui ne se sent vivre qu'en créant : j'invente, donc je suis.  La marche générale des inventions appartient à ce type général : une suite de déformations successives, presque continues, de la matière donnée, et un seuil - une perception brusque de l'avenir de l'un de ces états.  Avenir, c'est-à-dire valeur utilisable, valeur significative, singularité”.
 Paul Valéry, Tel Quel
Voilà un beau texte, qui correspond bien à l'esprit de ce blog, puisqu'il s'agit à la fois d'invention et d'avenir. Seul problème, le retranscrivant, je n'invente rien. D'une certaine manière, c'est comme si j'ouvrais simplement la page d'un livre, et que je lisais celle-ci à vo…

Anthem

Minuit moins une.

Mémoire terminé, imprimé, envoyé. La fin de semaine, la nuit, le silence. Je suis allongé pour écrire, car mon wifi déconne, et je dois connecter mon ordinateur avec mon câble ethernet, trop court. Je commence tout juste à écrire, et j'ai déjà mal au dos. Julie n'est pas là ce week-end, elle est chez une de ses amies nantaises. Je me retrouve donc seul, comme auparavant. Comme quand j'étais dans ma chambre de bonne rue Gay-Lussac. Comme quand j'étais à Lille aussi.  Lille. Ça me manque. Les tranquilles soirées de Lille, entre amis. Enivrés sans être hideusement ivres. À dire tout et n'importe quoi, mais avec une certaine conviction. Je me revois, rentrant en pleine nuit, à pied, toujours par ce même chemin qui croise le boulevard de la liberté. 
“Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve” (Baudelaire).…

D.O.A

Courte pause

Image
Difficile de se remettre au travail, en soirée, et en fin de semaine, pour achever (au sens propre comme dans tous les sens) ce nouveau mémoire. D'autant que la semaine n'a pas été de tout repos. Difficile d'être encore face à un écran d'ordinateur - même si, bon, ça reste celui d'un macbook -, assis encore, courbé encore, les doigts pianotant sur ce clavier, l'esprit cherchant les mots justes. Difficile de se remettre au travail. Et absurde de profiter de la seule pause que je m'accorde pour demeurer dans cette même position, à écrire encore et toujours, sur ce blog cette fois. Je dois être un peu masochiste. Je devrais sortir, aller dormir une heure ou deux sur les pelouses du jardin du luxembourg, en écoutant de la musique. Tiens, ça me fait penser, il faut que je télécharge l'application que Lila m'a conseillée, et qui se veut “relaxante”.  Relaxante. Relaxer. Laxer. Dura Lex, sed Lex. La loi est dure, mais c'est la loi. Laloi. Il faut que j&#…

Greenwashing

Love me

New York

Image
“Pour une surprise, c'en fut une. À travers la brume, c’était tellement étonnant ce qu'on découvrait soudain que nous nous refusâmes d'abord à y croire, et puis tout de même quand nous fûmes en plein devant les choses, tout galérien qu'on était on s'est mis à bien rigoler, en voyant ça, droit devant nous...

Figurez-vous qu’elle était debout leur ville, absolument droite. New York c'est une ville debout. On en avait déjà vu nous des villes bien sûr, et des belles encore, et des ports et des fameux mêmes. Mais chez nous, n'est-ce pas, elles sont couchées les villes, au bord de la mer ou sur les fleuves, elles s’allongent sur le paysage, elles attendent le voyageur, tandis que celle-là l’Américaine, elle ne se pâmait pas, non, elle se tenait bien raide, là, pas baisante du tout, raide à faire peur.

On en a donc rigolé comme des cornichons. Ça fait drôle forcément, une ville bâtie en raideur. Mais on n'en pouvait rigoler nous du spectacle qu'à partir du…

Calmes dans le demi-jour

Image
Calmes dans le demi-jour Que les branches hautes font,  Pénétrons bien notre amour De ce silence profond. 
Fondons nos âmes, nos cœurs Et nos sens extasiés, Parmi les vagues langueurs Des pins et des arbousiers. 
Ferme tes yeux à demi,  Croise tes bras sur ton sein,  Et de ton cœur endormi Chasse à jamais tout dessein. 
Laissons-nous persuader Au souffle berceur et doux,  Qui vient à tes pieds rider Les ondes de gazon roux. 
Et quand, solennel, le soir Des chênes noirs tombera,  Voix de notre désespoir, Le rossignol chantera. 
Paul Verlaine, “en sourdine”, Les fêtes galantes