un peu d'histoire (2)

Les agences de presse naissent aux États-Unis et en Europe. Charles Havas crée en 1832 son agence. Il bénéficie de la protection du pouvoir et construit un réseau de correspondants, Français et étrangers, dont Julius Reuter, qui fondera l'agence Reuters à Londres en 1850.
En 1852 est créée la branche publicité d'Havas, la Société générale d'annonces. Ainsi, l'agence Havas va étendre son activité d'agence de presse à celui de vendeur d'espaces publicitaires (régies) puis d'agence conseil en communication.

Charles-Louis Havas, qui avait l'air vraiment cool, comme vous pouvez le remarquer. 
Le XIXe siècle est l'âge d'or de la presse. Progrès technique, démocratisation des institutions politiques, généralisation de l'instruction publique, abaissement du prix de vente. Émile de Girardin développe la publicité. Le 29 juillet 1881, une loi assure la liberté de la presse. Bref, tout va pour le mieux. Les feuilletons connaissent un nouvel essor. La presse populaire se porte à merveille, avec Le Petit Journal de Moïse Milaud (et non de Yann Barthès, qui est beaucoup moins antidreyfusard). Le Petit parisien, Le MatinLe Figaro, l'Aurore, Le Temps, l'Humanité, etc. 
La Presse Magazine se développe surtout au XXe siècle. Pendant les années folles d'abord, avec la généralisation de la photographie, des reportages. Puis dans l'immédiat après-guerre, dès 1945, avec la création de ELLE par Hélène Gordon-Lazareff. L'équivalent masculin : L'équipe voit le jour l'année suivante. Paris Match est créé en 1949, l'Express en 1953.
Les années 1990 sont marquées par le développement de nouveaux concepts (presse people, city magazines) et surtout par une approche marketing et non plus seulement éditoriale du produit presse. Groupe Bertelsmann surtout (Géo, Capital, Voici, Gala, Prima, Femme Actuelle, Télé Loisirs…).
Et dans les années 2000, c'est la presse gratuite qui se développe ainsi que la numérisation des médias traditionnels.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement